La Plume - 1889 - 1905 - Léon Deschamps

View previous topic View next topic Go down

La Plume - 1889 - 1905 - Léon Deschamps

Post  stella on Thu Nov 13, 2008 5:31 pm

La Plume

Une revue « Pour l’art »

31, rue Bonaparte, Paris

1889 - 1905

Founder : Léon Deschamps



Fondée en 1889 par Léon Deschamps, qui eut pour collaborateurs immédiats et secrétaires de la rédaction Georges Bonnamour, puis Paul Redonnel, la Plume fut vraiment l'organe éclectique et accueillant de la jeune littérature, de 1889 à 1904. Si les préférences de son directeur allèrent plutôt à Jean Moréas et à l'école décadente, puis à l'école romane, la Plume a publié néanmoins des oeuvres des représentants du Symbolisme, du Régionalisme, même et surtout des poètes fantaisistes et des chansonniers. Elle fut comme le trait d'union de toutes les petites revues d'avant-garde ; donnant une large place, à côté de la littérature, aux arts, elle fut pendant quinze ans, selon l'expression de M. Ernest Raynaud « le miroir le plus fidèle de toute notre vie esthétique ». Léon Deschamps, avait organisé, dans les locaux de sa revue, 31, rue Bonaparte, une exposition permanente des oeuvres des artistes contemporains, amis de la Plume, le Salon des Cent, artistes auxquels de plus étaient consacrés des numéros spéciaux.

Par l'édition à prix modique d'affiches illustrées, de lithographies, de reproductions d'oeuvres de nos musées, par les Salons de la Plume, Léon Deschamps et sa revue ont contribué à faire connaître du grand public l'oeuvre des peintres Chéret, de Feure, Grasset, Ensor, Degas, G. Moreau, des imagiers Andhré des Gâchons, Berthon, des graveurs R. Ranft et H. Boutet, les réalisations artistiques de Lalique et d'Armand Point.

La revue qui publie Jules Laforgue, Léon Bloy, Paul Verlaine, Jean Moréas, Stéphane Mallarmé et beaucoup d’autres connaît un rapide succès.

Dès ses débuts, elle va utiliser l’illustration avec un portrait hors texte, puis de plus en plus de productions graphiques : culs de lampes, lettrines (par Jossot), fleurons, vignettes, ornements typographiques ( par E. Grasset) dessins par une pléiade d’artistes (Willette, Steinlein, Ibels, Luce, Chéret, Forain mais aussi Toulouse-Lautrec, Maurice Denis, Gauguin, Pissaro, Signac, Seurat, Redon).

La revue publie aussi des chroniques sur les salons d’art, des articles analytiques et théoriques sur les nouvelles idées artistiques, les nouveaux courants.

Pour briser la monotonie de la formule, Deschamps crée des numéros spéciaux sur des thèmes ou des artistes (numéro consacré au « Chat Noir » confié à Rodolphe Salis, au symbolisme de Moréas, à Alfons Mucha ou encore à l’occultisme) ou à un groupe, Félibres, Décadents, Occultistes, contribuaient pour une large part à la diffusion sans pédantisme des théories littéraires nouvelles.



Alphonse Mucha - Cover of No 243, 1er Juin, 1899.



Il va également mettre en place un certain nombre d’activités parallèles pour faire se rencontrer et diffuser les productions d’artistes soutenus par la revue.

Citons :
* des soirées littéraires et artistiques bi-mensuelles

* des banquets autour de personnalités comme Verlaine, Leconte de Lisle, Zola, Rodin.

* une maison d’édition : Bibliothèque Littéraire et Artistique avec un catalogue des ouvrages, de dessins, d’estampes et d’affiches.

* pour encourager la création la revue organise des concours de poésie, de dessin.

* et surtout il crée, dans les locaux de la revue, le fameux Salon des Cent qui connaîtra de 1894 à 1900 57 expositions durant chacune deux mois. En principe ils regroupaient cent artistes mais il y aura aussi des salons monographiques pour Mucha ou Grasset. Les jeunes artistes y côtoyaient les artistes confirmés.



Avec la mort de Léon Deschamps (28 décembre 1899), se termine la période héroïque et un peu bohème de la Plume.

Son nouveau directeur, Karl Boès, lui donna un ton plus académique et accentua encore le caractère de revue d'art qu'elle avait eu dès sa fondation. Elle fut désormais presque exclusivement, jusqu'à sa disparition en 1904, l'organe officiel de l'Ecole romane, et la revue de vulgarisation de l'art nouveau.

Une autre équipe tente vainement de reprendre La Plume au premier semestre de 1905, mais cette nouvelle série n'aura que dix numéros.

Source : http://www.remydegourmont.org/de_rg/autres_ecrits/index.htm et http://www.caricaturesetcaricature.com/


8eme Banquet de La Plume


La Plume, Revue de littérature, de critique et d'art indépendant, werd gesticht door Léon Deschamps (1863-1899) en heeft bestaan van 15 april 1889 tot augustus 1905. Het tijdschrift, waaraan Verlaine, Maeterlinck en Mallarmé hebben meegewerkt en dat een zekere reputatie verwierf door bijzondere nummers, geheel gewijd aan Moréas, Barrès, het Mysticisme enz., Twee jaar lang, van 1890-1892, was Léon Bloy het paradepaard van La Plume. Het merendeel van zijn bijdragen werd gebundeld in Belluaires et Porchers (1905).


100 x circa 54 mm. Par Q. de Sampayo. Pour le concours d'ex-libris du journal La Plume en 1894.

stella
Admin

Posts : 88
Join date : 2008-02-10

View user profile http://smvk.cwahi.net

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You cannot reply to topics in this forum